Soulier de satin, répèt 2

Journée pour approfondir la mise en scène (on est quand même au théâtre ! ) et du coup nous n’avons travaillé que les 3 premières « journées » du Soulier de satin. Nous ferons la quatrième demain matin, avons-nous décidé.

Grosses questions aussi pour nous devant le nouvel attentat, et notre pièce qui se déroule tout de même dans un cadre et à une époque où les chrétiens occidentaux massacraient la totalité des amériques…

IMG_20160726_145045
Les Conquistadors à la pêche aux infidèles !

Et chacun s’installe à l’Amicale Laïque (Ah ! la laïcité !… une lecture possible du Soulier de satin ? ) de Tardy, lieu très sympathique et vaste ! Moi j’ai trouvé le moyen d’y faire la sieste.

Continuer la lecture de « Soulier de satin, répèt 2 »

Soulier de satin, répèt 1

Pendant 15 jours avec le Collectif X, nous allons travailler le Soulier de Satin, de façon à présenter cette pièce de théâtre à Saint-Étienne le 6 août.

Comme la pièce dure environ 10h, ça veut dire qu’on se tapera au moins 10h de répétition tous les jours jusqu’à cette date.

prouhezeallongee
Journée (c’est à dire acte) 1, Dona Prouhèze, et l’on remarque qu’elle n’a déjà que un seul soulier de satin !

Aujourd’hui était la première de ces répétitions marathon, et nous avons commencé vers 10h du matin, pour finir vers 9h du soir.

Continuer la lecture de « Soulier de satin, répèt 1 »

Le Saintézine faire un journal rigolo

Le Saintézine est la plus belle aventure de cette année. C’est un journal fantaisiste consacré à Saint-Étienne, que j’ai commencé à publier avec une petite équipe en décembre de l’année dernière, et nous en sommes au numéro 4 aujourd’hui, en route vers le numéro 5 !

piledesz

Il se compose d’une unique feuille A3, donc de 2 pages noir et blanc. Au début, c’était pour des raisons pratiques : c’est plus facile et moins cher comme ça ; mais la formule est presque devenue une marque de reconnaissance maintenant.

Continuer la lecture de « Le Saintézine faire un journal rigolo »

Monstre aux Martyrs de Vingré

Vu que j’ai des lecteurs jusqu’au Brésil, je précise tout de suite que la rue des Martyrs de Vingré est une rue de Saint-Étienne assez passante. Je m’y installe parfois avec mon petit théâtre ambulant en soirée.

IMG_20160701_222036

En ce moment l’un des contes que l’on me demande le plus est La poupée monstre, qui se trouve dans Le livre des mères, de Marceline Desbordes-Valmore.

Continuer la lecture de « Monstre aux Martyrs de Vingré »

La pause-itive

Deux mois d’arrêt de toute publication sur mon blog, aucune info, rien ; et tout ça pour ça :

C’est avec le Villes#1 du Collectif X , session Beaubrun-Tarentaise-Chavanelle ; ils m’avaient invité. La fromagère dont il est question dans la video (pub gratuite) est du Gaec du Rachet à Saint-Chamond. Et puis aussi j’ai réalisé un rendu théâtre d’une balade urbaine. J’ai mis tous les textes ici.

Et puis j’ai réalisé un spectacle de contes que j’ai présenté au Remue-Méninges. Et puis j’ai été quelque peu ridicule avec mes vidéos youtubes, ce qui m’a forcé à réfléchir (ce qui ne veut rien dire). Et puis j’ai continué le Saintézine, gros travail toujours. Et je reparticipe à l’atelier d’écriture en ligne de François Bon, ce qui m’aide bien à me situer dans la pratique.

Dans les périodes de fortes tensions, à forts enjeux, j’ai beaucoup de mal à rendre compte de ce que je fais. Et ça me met dans une situation paradoxale parce que beaucoup des personnes me disent bien aimer mon blog, et trouvent qu’il accompagne bien ma démarche artistique ; ils trouvent que c’est une grande force que de tenir un blog sur son activité. Mais voilà, je m’arrête aux moments les plus intenses, ce qui ne va pas.

Mais je vais réagir, pour que cela ne se reproduise plus !

D’abord, en ne faisant rien, bien entendu : je crois que, dans les périodes de tension, les quelques moments de prise de distance, de repos quoi, sont importants, et si je les utilise à faire de l’introspection publique tout deviendra du n’importe quoi.

Cependant, j’ai de moins en moins d’excuses.

Des tensions ?… avec qui ? à quel sujet ?… j’ai la chance d’avoir autour de moi beaucoup de personnes, de groupes, qui trouvent de l’intérêt à ce que je fais et qui me font participer, y compris dans un cadre professionnel.

De l’intensité ?… oui, certes. Mais je pourrais intégrer ce blog au travail lui même ; si j’avais proposé au Collectif X de faire un compte-rendu journalier (par exemple), ils auraient trouvé ça génial, selon toute probabilité.

IMG_20160610_223251x500

J’ai déjà vécu une expérience de ce type avec le blog de Carton Plein, auquel j’ai participé, il y a deux ans, pendant plusieurs mois, expérience très enrichissante. Pourtant, il y avait de l’intensité, et même, quelques fois, des tensions. Mais Carton Plein c’était de l’habituel dans l’inhabituel, du courant dans le différent.

Encore plus fort aux premiers temps de ce blog c’est une expérience intense et pas toujours facile qui s’est produite puisque c’est avec les amis de My Mobile que tout à commencé : c’est eux qui, ne comprenant rien à ce que je faisais, m’ont dit que ça serait bien que je tienne un blog. Mais, My Mobile, ça a duré un an, et même plus, aussi j’avais le temps de faire le point.

Donc, j’arrive à dire ce que je fais et pense sur un blog public, y compris quand c’est même pas le mien. Donc y’a qu’à.

Mais je continuerai à donner la priorité aux activités artistiques sur la rédaction du blog : faire le rigolo d’abord, discourir ensuite.

Je reviens dès que j’ai fini.

 

Continuer à être une chimère après la danse

Travaux du Saintézine

J’ai installé un micro bureau de presse fantaisiste, ouvert juste après le spectacle sur les chimères du collectif à deux, à l’amicale Tardy. J’ai déjà parlé de travaux pour le Saintézine autour de ce spectacle dans Les chimères au filage et aux costumes.

Continuer la lecture de « Continuer à être une chimère après la danse »