6 mois de blog

Cela fait 6 mois que j’ai commencé ce blog des dérives de rues, et je vois que tous les blogueurs font à cet anniversaire un bilan, alors moi aussi.

À l’époque, mon relationnel théâtre à Saint Etienne explosait, mais j’observais que j’avais du mal à me présenter. Il faut dire que ce que je dis dans la vie réelle est en général incompréhensible. Je m’étais dit qu’un blog m’aiderait à la fois à me présenter et réfléchir, et aussi à trouver de nouveaux contacts, à me donner la célébrité, et toutes ces choses. Et puis, écrire, ça donne un petit air important, dans le milieu artistique.

Pour ce qui concerne le premier objectif, c’est réussit : il me semble que ceux que je côtoie dans une activité en rapport avec le théâtre lisent mon blog, et même qu’ils y trouvent un certains intérêt.

Pour ce qui est du second objectif, par contre, c’est l’échec : la fréquentation reste atone, je n’ai rencontré personne grâce au blog. Le vecteur essentiel de mes rencontres reste la vie réelle. Ce blog n’est qu’un complément, qu’un appui. Peut être est-ce mieux ainsi ?…

J’ai aussi innové, en couplant la démarche blog avec facebook, car beaucoup de mes nouvelles connaissances y sont, mais c’est la déception. Facebook me rapporte un nombre ridicule de visites. Sans doute que j’utilise mal cet… heu… outil ( ? ), ou que je n’y consacre pas assez de temps ?… Je connais des gens qui s’en servent à fond, et qui ont de bons résultats. Il en est même qui semblent l’utiliser par plaisir, cela parait incompréhensible. J’observe que ceux qui parviennent  à un « résultat » avec cet « outil » dépassent mille « amis » (je n’en ai même pas 30 ! ), et qu’ils y passent plusieurs heures par jour. Ce n’est pas mon choix, je n’aime pas beaucoup ce truc, et il me le rend bien.

Au hit parade des articles les plus visités j’ai Des Dupond Dupont à la Révolution Espagnole (75 visites), Des choses de trucs en public (63), et Dieu à l’animation du quartier Jacquard (54) ; bref que des trucs que j’ai fait en relation avec d’autres. C’est le copinage réel qui fonctionne le mieux. Et je suis heureux d’avoir eu de bons retours, alors qu’il n’est pas toujours facile de parler de projets de groupes.

Pour l’avenir, je ferai surtout des articles courts sur des petites histoires qui me sont arrivées. Il me semble que c’est le format qui intéresse le plus copains et copines. Je ferai moins d’articles de réflexion générale. Certes, un texte comme Elles parlaient aux arbres a été visité 37 fois, ce qui n’est pas si mal, mais ça me demande pas mal de boulot, et le retour est nul. Et chacun comprendra que je préfère le regard réel des femmes 🙂

Et voilà ; à dans 6 mois ?…

 

7 commentaires

  • Tu t’en fout des autres, fais danser le serpent de tes tripes 😉
    La création est une chose (essentielle) La reconnaissance une autre (pas vitale bien qu’agréable).

    Bise Grand Hervé Bizarre Que J’Aime

    • Finalement Thelma ce doit pas être mal de prendre un verre de vodka avec toi 🙂

      Pour le reste j’aurais mille choses à te répondre ; on a déjà plus ou moins discuté de ce genre de choses, et de mon point de vue la reconnaissance est non seulement agréable (en général), mais surtout vitale.

      Mais j’observe que tu n’es pas la seule à penser ce que tu penses, et j’observe que vous créez des choses vachement intéressantes, donc je suis plutôt en train d’essayer de comprendre ce que vous faites, même si je procède différemment.

      Je pense que la différence entre nous vient plutôt du moment de reconnaissance.

      Les gens qui disent « laissons faire les tripes pendant le temps de création, ne réfléchissons surtout pas » sont souvent des personnes sociales, ou au moins qui se motivent à aller vers l’autre pendant le temps de leur vie courante. Elles cherchent la reconnaissance pour elles mêmes, en dehors du processus de création. Mais, pendant le temps de création, alors elles se recueillent en quelque sorte, cherchent l’énergie qui vient d’elles, etc.

      À l’inverse beaucoup de gens qui font du théâtre, sans forcément que ça soit des gens associaux, restent sur la réserve dans les moments normaux de convivialité, et préfèrent chercher la reconnaissance pendant le temps de création lui même… Ils se font applaudir, et, ensuite, vont boire une verre de bière tout seul, ou au pire avec le reste de la troupe 🙂

      Evidemment ce découpage est artificiel, chacun fait son petit cocktail.

      Bises.

  • Ma foi chacun fait son petit cocktail comme tu dis.
    Ce que je voulais dire, ce dont j’avais peur en dessous, c’est ne te décourages pas par manque de reconnaissance, continue à faire. C’est dommage sinon. Tu te coupes les couilles, pardon pour l’expression mais c’est celle qui me vient, si tu t’empêches d’exprimer ce qui vient de toi.
    Mais oui, on pourrait en parler autour d’un verre ou d’une tasse 😉

    Thelma, naturellement ivre.

  • Je suis un peu étonnée par ce nouvel article: même s’il est légitime, ton besoin de toucher un plus grand nombre de lecteurs me semble prendre trop d’importance. Maintenant, comme il a bien été vu par les autres commentateurs, il peut s’agir d’un manque de reconnaissance -pathologie courante, et lorsqu’il s’exacerbe, il est source de souffrance et du sentiment de solitude. Je dis bien du « sentiment » de solitude car il me semble que dès lors que nous entrons en conversation durable ne serait-ce qu’avec une seule personne, nous ne sommes plus seuls. Mais peut-être n’est-ce pas (tant) un manque de reconnaissance, qu’un besoin de
    partager avec un plus grand nombre, comme nous le vivons dans une troupe? Toi seul le sais…Ce qui est certain, ce que selon moi ton blog n’a pas besoin de succès pour se justifier. Personnellement, il m’apporte beaucoup, ta démarche est à la fois pour moi une leçon de courage, une source de réflexion, une joie sociale car un « doux dingue » comme toi me donne espoir dans le devenir de notre société, enfin ton humour m’éclate. Il est enfin aussi certain pour moi que tu es trop impatient.

    • Hello

      J’essaierai de continuer ce blog et qu’il continue de t’apporter beaucoup, je te remercie que tu m’en fasses part. Maintenant rassure-toi : je n’ai pas tellement de solutions pour en augmenter la fréquentation, surtout que je préfère continuer de me consacrer premièrement aux spectacles eux mêmes, et secondairement à ce blog ou autre.

      Ce blog me permet de réfléchir à ce que je fais, et de maintenir le contact avec des personnes telles que toi, et puis c’est bien comme ça.

      Bises.

  • J’ajouterai au passage qu’il faut, il me semble, beaucoup d’humilité et de courage pour considérer le besoin de reconnaissance comme un besoin vital. Et effectivement, il l’est quand il reste mesuré. Cependant je ne crois pas qu’il soit bon conseiller lorsqu’il s’exacerbe.Mais tu ne me sembles pas concerné par cet excès, alléluia! 🙂