À moi les conférences gesticulées

Suite à l’interdiction que j’ai de chanter dans la rue, je réfléchis à retourner faire des trucs dans des salles. En attendant d’être embauché à la Comédie Française, je réfléchis sur l’idée des conférences… ça permet de faire du théâtre facilement.

Bien sûr, il s’agit de conférences avec un faux conférencier, (moi), et non pas un vrai.

Je me suis branché sur l’oeuvre de Élisée Reclus, qui lui était un vrai conférencier, et notamment son ouvrage Histoire d’une montagne.

Elisée Reclus a plusieurs avantages : il est génial, son oeuvre est dans le domaine public, il est peu connu, ce qui permet d’éviter les militants de toutes sortes, il écrit très bien, il est complètement accessible au Grand Public, même dans ses ouvrages scientifiques… une totale rareté exceptionnelle.

Donc, l’idée est de lire ce bouquin, comme si c’était une conférence, comme si j’étais un conférencier… comme si j’étais moi même Élisée Reclus, finalement, ahem.

J’ai commencé hier grâce au Bistrot du jeudi de la cartonnerie, pour une petite demi-heure. J’ai présenté deux chapitres : l’asile et les éboulis. J’étais accompagné par quelqu’un qui jouait d’une sorte de guitare d’Afrique du nord (il m’a dit 50 fois son nom mais je n’ai rien retenu). Les bistrots du jeudi me permettent de commencer ma petite affaire sans me casser les pieds avec la logistique.

(puisque ce sont les autres qui font tout).

Et le résultat est encourageant ! je vais donc développer mes capacités de conférencier gesticulatoire, continuer aux bistrots du jeudi, et commencer à chercher des petites salles style café, cave, cercles… stay tuned.

 

Nota

Un ami a bien voulu me donner le nom de l’instrument du musique du musicien : un Oud. C’est quand même un super instrument. Y’a pas à dire, les bistrots du jeudi, c’est super.

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.