Des spectateurs bien attentifs rue des Martyrs de Vingré

J’ai installé pour la soirée mon petit théâtre mobile rue des Martyrs de Vingré à Saint-Étienne.

100_3149Cette fois-ci, on m’a demandé un texte que l’on me demande rarement : un extrait du livre de Toni Morrison, Beloved, extrait que j’ai intitulé La prière de la vénérable.

Je ne sais pas pourquoi on me demande rarement cette histoire, peut être parce qu’elle fait 8 mn, ce qui, dans la rue, est hyper long ?

Et là, les choses se sont passées étonnamment : c’était une bande de jeunes, style étudiants corrects, qui arrivent de la rue Notre-Dame et s’installent directement à mon banc, et me demandent tout de suite cette histoire. Puis, après l’avoir entendue, ils repartent d’où ils venaient, comme s’ils était venus spécialement pour ça.

Ça m’a fait tout drôle qu’ils me quittent tout de suite, car c’est une histoire qui réclame un certain investissement, une grosse interpellation du public. Surtout dans l’espace restreint du théâtre mobile, où on est toujours en limite de l’espace intime. Un espèce d’effet étonnant, où la scénographie du théâtre classique « scène / distance théâtrale / public » est comme compressée, où toutes les dimensions continuent d’exister mais comme chez les schtroumpfs. Ça va, quand il s’agit de raconter une histoire drôle, ou quelque chose de court, c’est plus déstabilisant quand l’histoire s’installe dans la durée, l’adresse, la conviction, la… prière.

Et ils m’ont applaudi, m’ont donné quelque argent, et sont repartis d’où ils venaient. Mystérieux public, vénérable mystérieuse.

panneauprierelumineux

Pour le samedi 24 octobre.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.