Mot doux

De Le Fantastique Dictionnaire
Aller à : navigation, rechercher

Les mots doux sont des petits écrits existants dans la rue, lorsque quelqu'un veut dire quelque chose de personnel mais que, pour une raison ou pour une autre, il est obligé de l'afficher publiquement.

En général, il est manuscrit, mais certains, imprimés au traitement de texte, sont prodigieux.

Pour les expressions orales, voir plutot les Dit.

Pour le bon fonctionnement de la boutique

Sur la vitrine d'un diseur ou diseuse de bonne aventure.

Emojione 1F62C.svg Avec Ah vous ne connaissez pas Bréhier ?

Non mais, cette annonce... "Pas de chèque, pas de dettes" ?... Elle connait l'avenir, c'est de sa faute... On la voit qui renifle les légumes au marché... un regard, un touché... les approche de son nez... évalue la distance juste... de son nez, ses lévres, d'elle à la peau du légume... fait d'infimes réglages par son muscle du bras, par la longueur du nez... Est-ce là une voyante !? Est-ce vraiment l'avenir qu'elle renifle ?... Je t'en fiche, elle est comme tout le monde, d'un coup d'oeil vif elle zieute le total... la ligne "Total"... elle remonte, fait semblant de découvrir la vie... le calcul... c'est son compte en banque que je parle... le reste c'est de la voyance de légume, si c'est la lune, si c'est les étoiles, l'hiver, l'été... un truc de nuages, un truc de brumes.

NE PASSEZ PAS PAR LE COLLÈGE POUR ALLER AU TIR À L'ARC

TIR A L'ARC Merci de vous rendre DIRECTEMENT au gymnase NE CONCERNE PAS LE COLLEGE !!
Rejeu, écrit à la main sur un papier sckotché

Emojione 1F609.svg Avec Écrire avec... Georges Perec, neuf portes seront passées


... mais sans passer les portes.

Il ouvre la porte et s'arrête ; il découvre une classe avec des tables et des élèves assis derrière ; il dit je cherchais le tir à l'arc ; il ne sait pas que le tir à l'arc est au gymnase et pas au collège ; il n'a pas lu la petite annonce à l'entrée ; il ouvre une autre porte ; d'autres élèves et un professeur ; tout est pareil ; il referme ; il est dans un couloir qui semble infini ; une autre porte ; ça sent le café et des tables sont en désordre il y a des armoires aux murs ; bonjour monsieur qui êtes-vous lui demande-t-on ; je cherche le tir à l'arc ; monsieur vous êtes dans la salle des professeurs ; il referme la porte ; il se retrouve encore dans le couloir avec sa lumière oblique du coté fenêtres ; un professeur le rattrape ; monsieur le tir à l'arc n'est pas dans le collège mais il est dans le gymnase ; il ne comprend pas ; il ouvre une autre porte ; des murs blancs des tables blanches et tout le monde debout ; qu'est-ce ; non, il referme ; une autre porte ; personne et les rideaux sont tirés la salle est sombre on dirait qu'elle dort ; il referme ; dans le couloir une sonnerie soudain ; toutes les portes s'ouvrent ; c'est la fin ; il n'y arrivera pas ; il aurait dû lire l'annonce à l'entrée du collège.

ILS FAUT PENSER A SORTIR LES POUBELLES ?

Pensez à penser

Emojione 1F624.svg Avec 14 fois vers le même objet

  1. Faire attention à la redondance tri sélectif. Le sujet arrive souvent sans qu'on y prenne garde. En parlant des diverses couleurs de poubelle. En parlant des différents lieux de poubelle : chez soi, pour son immeuble, de verre, de piles... En parlant de plastiques ou de papiers . Le sujet arrive souvent par surprise.
  2. Quel jour sommes-nous ?... C'est le jour des poubelles.
  3. Ils faut fairmer lé sac a la plastique àvec un neud àvant de jeter a la poubelles.
  4. Descendre la poubelle ; remonter la poubelle ; vider la poubelle ; tasser la poubelle.
  5. En début de soirée, il apparaît sur les trottoirs des objets assez gros, rectangulaires, d'aspect noir. Leur nombre augmente au cours de la soirée, reste stable la nuit, et explose au matin : ce sont les poubelles. Quelques fois elles se massent, elles s'agglomèrent sur la chaussée. Plus souvent à coté de la porte d'un immeuble. Elles semblent attendre. Elles sont prêtes. Le matin, elles disparaissent rapidement.
  6. Ces objets imposent aux piétons de ré-inventer en permanence leur parcours habituel ; à cause des poubelles les piétons sont contraints à un parcours inhabituel permanent ; les piétons cheminent sur le trottoir ; les piétons cheminent entre les poubelles.
  7. Un camion poubelle, une voiture-balai.
  8. Penser à la poubelle... Qu'est-ce que cela peut bien signifier ? Est-ce comme penser à [ici le prénom d'un être aimé] ? Non, parce que on n'a pas besoin de penser à il ou elle alors que on doit, par une sorte de volonté immanente, penser à penser à la poubelle... la poubelle nécessite une pensée de la pensée. Pourquoi ? Est-ce que l'oubli de penser a des conséquences si graves ? Non : ce qu'on voudrait, en vérité, c'est l'oublier, et n'y penser que à propos, c'est à dire juste seulement au moment de la sortir. Cet à propos montre sans doute une intelligence.
  9. En pensant à la pensée de la poubelle on évoque un noeud à un mouchoir, ou à une notification d'un smartphone.
  10. Alors pourquoi la poubelle est-elle cachée quand elle est chez nous, qu'on essaie de la faire petite, et qu'elle est placée bien visible dans la rue, qu'on essaie de la faire grosse, même gênant le passage ? Pourquoi est-ce que on ne mettrait pas des petites poubelles minuscules dans la rue, et une énorme grosse unique grosse poubelle dans notre cuisine ?
Le rejeu :
Une feuille A4 imprimée avec le texte et punaisée sur la planche

Passé voir le 9 avril 2017, mais le papier avait disparu.