Exercice par appel

L’exercice par appel se déroule exactement comme le spectacle par appel, sauf que tout est inversé et que… il ne marche jamais.

Au lieu de me promener à la recherche de spectateurs, je reste à un bout de trottoir. Lorsqu’un groupe de gens passe, je l’appelle et lui demande d’écouter mes poésies.

L’exercice est dans l’appel, et dans comment jouer un personnage reconnaissable immédiatement.

Soit un groupe qui avance à une dizaine de mètre de moi, et s’il y a pas trop de barrouf dans la rue je dis :

Bonjour mesdames messieurs (Si j’ai bien fait, ils tournent la tête vers moi, et me répondent au moins par un sourire tellement je fais le pitre. Il arrive qu’ils se mettent à imiter la mimique que j’ai pris pour dire bonjour). ÉCOUTEZ-MOI ! (La demande d’écoute est le clou du spectacle) Je présente des poésies (Corps de l’intrigue), et si elles vous plaisent vous me donnez de l’argent ! (Le drame).

À ce moment là, comme en général ils continuent leur marche, ils commencent à tourner la tête pour me regarder ; à la fin de l’exercice ils ont la tête à l’envers, sans même s’en rendre compte. J’en vois même quelques fois qui marchent à reculons.

J’y arrive maintenant dans quasi 100% des cas, et c’est devenu pour moi un excellent exercice de voix, et de formation d’un personnage immédiatement reconnaissable. C’est une micro-comédiie. Il y a même un peu d’improvisation, bien que les gens répondent à peu près toujours la même chose dans le style : On n’a pas le temps.

Pour que ça marche bien il faut que les passants soient constitués de petits groupes, comme les gens qui sortent le soir. L’exercice n’est pas faisable si les gens se déplacent en flot, comme par exemple dans les couloirs du métro.

Au bout d’une demi-heure, tout le quartier m’a repéré, évidemment.

Ça ne marche pratiquement jamais, c’est à dire que il est exceptionnel que les gens arrêtent leur marche et soient ok pour m’écouter. Si l’événement arrive j’en suis le premier surpris. Mais, si j’arrive à bien faire chaque 5 secondes que dure chaque passage, il arrive que des personnes, plus tard, viennent me revoir, ou m’interpellent dans la rue, à leur tour. Certains me disent simplement Bonjour le poète, d’autres papotent 5 mn avec moi.

 

Nota 1 : la petite animation photographique contient des choses une fois de plus pompées aux photographes de My Mobile, comme par exemple ici.

Nota 2 : Avec le théâtre en salle j’ai côtoyé la réalisation de petites scènes sur ce thème multi-millénaire de l’appel des bonimenteurs : la super-drôle La Cinquantaine de Courteline, et la non moins écroulante de rire farce du bateleur, d’un travail sur les farces en cours dont j’ai déjà causé.

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.