Ici Bientôt 22/03/17

La journée est principalement consacrée à un pique-nique de rue de l’équipe et intervenants élargis, comme on dit de façon assez amusante. Je n’ai pas fait grand chose de concret, juste des préparations / réflexions sur divers trucs.

Réunion équipe

Il faisait un peu frais, mais on a quand même été assez conforts pendant 2 petites heures.

Toutes les boutiques sont contentes – oui, une boutique peut être contente, à Ici Bientôt. Ce qui fait qu’on a surtout discuté de considérations d’avenir, de positionnement stratégique, etc.

Par exemple, l’engagement auprès du nouveau lieu culturel et associatif qui remplacera la Comédie, à deux pas de la rue de la ville. Beaucoup de ceux qui participent aux boutiques y sont impliqués, ou concernés, ou voisins, ou proches. Certains sont dubitatifs, d’autres positifs.

Autour de la table, beaucoup de témoignages intéressants sur comment vit une démarche culturelle. La Comédie ?  OK, elle s’en va ; on n’en parle plus. De toutes façons, l’institution est si étrangère au quartier que même les petites frappes ne viennent pas y foutre le bordel. L’ Opéra Théâtre ? Il fonctionne à plein, mais c’est aussi une autre planète. Quelques uns arrivent à avoir des échanges, tout de même. Une troupe de théâtre/musique/autre émergente pro ? Elle est financièrement concurrencée par les amateurs, du moins ceux des milieux aisés. Mais dès qu’on « descend » dans les milieux sociaux, ça ne peut pas fonctionner selon les lois du marché ; même une simple association d’école, rien que à cause du prix des salles : soit on paie des cours de musique, soit on paie des salles.

Et on a parlé de l’histoire de la rue ; de quand les services sociaux de la CAF payaient en argent liquide et où chacun allait directement le dépenser dans les cafés d’en face, ou de quand la rue se continuait directement dans le Monoprix de la Place du Peuple.

Et on a parlé…

Et le reste

Des boutiques d’ici bientôt, il y en a une seule qui soit une vraie boutique, je veux dire un truc pour faire du commerce pur et dur, voir si ça gagne, plaire au client, et tout ce genre de chose : c’est À l’angle de ville, boutique de créateurs mutualisés.  On y achète des oeuvres d’artisanat : chapeaux, tableaux, bijoux.

Beaucoup de ces créateurs ont déjà une expérience du commerce. Avec cette action éphémère il s’agit de voir si une implantation à Saint-Étienne serait viable.

Et le support convivial des amis d’Ici Bientôt facilite bien le quotidien !

Et il apparaît que, à l’angle de la rue de la Résistance et de la rue de la ville, si ce n’est pas les Champs Élysées, ce n’est pas si mal. Finalement, ça se passe bien ; bonne continuation ; avec ceci ? c’est pour offrir ? merci, monsieur ; merci, madame.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.