Les matinales de rue

J’aime bien aller à la gare de Chateaucreux le matin, lorsque les travailleurs arrivent et passent du train au tram. Il y est quasi impossible de présenter une poésie en entier, à cause des différents flux qui s’entrecroisent, mais ça ne m’empêche pas d’arriver devant les passants qui attendent sur le quai, et prétendre que je vais leur présenter 14 poésies – puisque, plus il y en a, plus c’est mieux -, puis de partir lorsque le tram arrive, souvent alors que je n’ai même pas fini la première, en m’excusant de ne pas y être arrivé.

Et, pour ça, je me lève à 6 heures du matin. Ça plaisante pas.

100_2371

 

Pour le jeudi 11 juin.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *