Mamma Medea, répèt 2

Une riche journée de travail autour de Mamma Medea de Tom Lanoye pour le Collectif X. Nous avons consacré cette journée à l’acte I.

D’abord, dans la petite cour coincée entre l’escalier étroit et  l’ascenseur, autour d’un table de guingois, entre la sortie de la remise et l’entrée de la salle commune de l’amicale de Tardy, assis sur des chaises ou bancs improbables, nous avons fait une italienne de tout l’acte.

L’exercice de l’italienne

Puis, on a commencé, au plateau, par le commencement. Et cinq heures après on y était toujours.

Médée

La metteuse en scène est exigeante sur les alexandrins, ces trucs de paysan que nous avons abordés hier. Il faut du souffle, et avancer droit dans les alexandrins, dit-elle. (que j’ai compris). Pas d’interprétation, on verra ça plus tard, dit-elle. Et bien sûr pas traîner entre chaque, etc.

Répétition sur canapé

Un roi

Pas d’interprétation ?… mais il faut trouver un ton à la fois tragique et comique, puisque nous sommes dans le tragi-comique. Alterner entre quelque chose de l’ordre de l’exagération, du bouffon, et un drame profond, en un geste, un regard, une inflexion de voix. Et beaucoup de scènes ont été approfondies dans leur mouvement, le dynamisme des acteuris, leur analyse… et tout simplement leur pratique.

La moindre chose que vous faites sur un plateau est immédiatement appréciée par mille yeux bienveillants

Là tu vas là… ici tu vas ici…

Là… là. Ici… là.

Bravo

Parrallèlement, le montage de la scène et des décors continuait. Il y a même eu des projecteurs, à la fin de la journée, venant prêter main forte au brillant soleil de Grèce et de Colchide, à Saint-Étienne.

Différents plans d’une scène

À demain.

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *