Profession émotion

bingjauneVoir mes considérations artistiques se retrouver dans des projets d’ordre professionnel donne quelque matière à m’interroger, voir rêver, rêve d’amateur jaloux.

À la Cartonnerie (sorte d’association temporaire expérimentale) (mais pas que) des tas de gens s’interrogent – et rêvent – sur l’espace public, ne le voient pas seulement comme une zone cadastrale, mais aussi comme une zone sensible.

Eux, c’est plutôt à partir de l’architecture, ou du design (j’admets n’avoir pas complètement compris de qui de quoi), qu’ils le voient. Des pros en ces matières, qui ont construit des espèces de points d’éveil dans des zones pourries (on doit dire : quartiers délaissés) de Saint-Étienne.

Ils ont accroché à un mur en branque un système de petites annonces ; ils ont coulé une chaussée des géants irlandaise sur une aire de jeux entre rocade, viaduc, une école, une récup irrécupérable et cabine téléphonique errante ; ils ont placé un tourniquet dans une maison de retraite parce que c’était impossible dehors ; etc, etc, etc.

Et pour la promo ? Bam Bam Rataplan Plan ! La biennale du design !

Ils ont rameuté toute l’intelligentsia, leur ont fait croire qu’ils partaient en croisière, m’ont nommé Capitaine, se sont transformés en hôtesses de l’air de bateau de la Méditerranée stéphanoise, et vogués à travers les quartiers délaissés en obligeant des stagiaires à pousser un caddie remplit de vin et de champagne !

rochearbre

(Il leur avait fallu 3 mois de réflexion, 50 réunions, 150.276 discussions interminables pour parvenir à ce résultat.)

Et, si j’étais bombardé Capitaine, c’était parce que je parlais bien, moi.

J’articule correctement, moi. Quand je parle, on me croit. C’est du réel, du vrai vécu. C’est de l’émotion.

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *