Villes#1 Saint-Étienne La Cotonne-Montferré semaine#1

Une nouvelle session du projet théâtral Villes#1 Saint-Étienne par le Collectif X démarre au quartier La Cotonne-Montferré. J’y participe comme invité.

J’ai déjà présenté ici ma participation à la session de Montreynaud. Maintenant, semaine après semaine, voici celle à La Cotonne-Montferré.

Cette première semaine a été uniquement consacrée à l’installation dans le centre social du Colibri, à la préparation et aux premières rencontres avec les associations et structures du coin. Nous avons sympathisé avec la crèche, une antenne pour l’emploi, justes voisines, et d’autres. Nous ne devons pas faire de bruit pendant la sieste des petits.

Le lieu est constitué de deux espaces circulaires immédiatement voisins, l’un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur.

On s’installe. Premières réflexions sur la position et la constitution de la scène.

La scène est installée très tôt. Jusqu’à présent, au cours d’une session, elle n’apparaissait que vers la fin, l’espace étant occupé par les ateliers. Mais, avec l’expérience, ateliers et travail scénique se sont imbriqués et nous voulons faire du théâtre dès le départ, car c’est lui qui nous porte, et qu’il rend évident aux yeux des visiteurs ce que nous faisons. Sinon, on s’embarque dans de longues explications.

La démarche de Villes# consiste à faire un portrait théâtral de la ville, à partir du quartier où nous sommes, par le biais de protocoles d’observation et d’expression : une balade, un entretien, un chœur, une controverse.

Nous avons fait la balade, entre la place du Peuple et le centre Colibri. Nous avons essayé de la rendre directement, sur scène, en mode improvisation. On verra ce que ça deviendra.

Une vue de Saint-Étienne depuis la Cotonne.

Les notes de mémoire de ma balade. Cliquez pour agrandir et lire si ça vous intéresse.

Nous avons commencé (mais pas moi) à parcourir le quartier pour faire des entretiens avec les habitants qui le veulent bien.

Le choeur nous a servi à un reportage que FR3 a fait sur notre intervention.

Et nous avons établi les thèmes de la controverse pour chaque soir. La controverse, c’est un débat avec le public, dans un quartier imaginaire (qui ressemble fort à la Cotonne), une ville imaginaire (qui ressemble fortement à Saint-Étienne), sur un problème imaginaire (qui correspond comme deux gouttes d’eau à un vrai problème), chaque participant (donc les personnes du public aussi) pouvant intervenir sous la forme d’un personnage imaginaire qu’il improvise ou qu’on lui propose, ou de lui même directement.

Nous avons également affiché tous les dessins et définitions de Saint-Étienne que les participants aux ateliers des précédentes sessions ont fait. Il y en a plusieurs centaines maintenant. C’est long.

Le travail d’affichage sur les murs des dessins représentant la ville de Saint-Étienne.

Une petite partie du résultat.

Et puis nous avons installé notre cuisine, l’imprimante, le café, les tables et les chaises, la connexion wifi, les perceuses, les scies, les colles, les toilettes, les papiers, stylos, feutres… n’avons-nous rien oublié ?

À la semaine prochaine, et si vous êtes impatients, passez-nous voir tous les jours, sauf le dimanche, à partir de 15h.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.