Dit : Différence entre versions

De Le Fantastique dictionnaire
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
imported>Réan
imported>Réan
Ligne 4 : Ligne 4 :
  
 
Voici quelques unes de ces histoires, le plus brut possible, avec la transcription de l'écrit, puisque à l'origine elle sont données oralement, entre deux portes.
 
Voici quelques unes de ces histoires, le plus brut possible, avec la transcription de l'écrit, puisque à l'origine elle sont données oralement, entre deux portes.
 +
 +
== Pourquoi me font-ils venir ==
 +
Relevé à l'occasion de [http://drivrsdu.fr/category/collectif-x/ Villes#1 La Cotonne du Collectif X].
 +
<blockquote>
 +
</blockquote>
  
 
== Le bijoutier de Chambéry qui n'est pas en Californie ==
 
== Le bijoutier de Chambéry qui n'est pas en Californie ==

Version du 13 juin 2017 à 21:37

Quelques fois, un type ou une nenette vous parle sans vraiment de raison et vous raconte d'un coup une histoire, souvent quelque chose de vécu, sans forcément s'en rendre compte, comme s'il avait touché une impulsion intérieure. Vous avez l'impression qu'il vous donne une histoire. C'est fortuit.

Dit sur le cntrl et le wiktionnaire.

Voici quelques unes de ces histoires, le plus brut possible, avec la transcription de l'écrit, puisque à l'origine elle sont données oralement, entre deux portes.

Pourquoi me font-ils venir

Relevé à l'occasion de Villes#1 La Cotonne du Collectif X.

Le bijoutier de Chambéry qui n'est pas en Californie

Une bien étrange rencontre, à Grenoble, avec un homme qui m'a appelé dans la rue, alors que j'y marchais simplement, et dont je me suis retrouvé incapable de noter les propos tant il y avait de choses incohérentes qui partaient dans tous les sens.

J'en ai juste sorti un twit du jour, tout aussi obscur probablement :

<embed>https://twitter.com/herv42/status/868910590479282178</embed>

Même si c'est incompréhensible je suis bien content parce que il rassemble les fondamentaux de l'exercice : réceptivité à l'idée, à un événement qui apparait, en faire un texte lanceur, une photo qui saisit le lieu où l'on prend conscience de l'événement (ici, quelques minutes après), et voilà.

Mais était-ce un fou, un punk à chien, un évadé de l'asile !? Pas du tout ; c'était un homme bien mis, presque classe, beau costume, qui déambulait dans les rues à Grenoble, ruminant, appelant au secours mais si dépassé par les catastrophes qui lui arrivaient qu'il était comme assommé, qu'il ne demandait plus rien...

Je n'ai pas réussi à tout mettre de ses paroles dans le twit ; à mon grand désapointement, il manque :

  • La ville de Chambéry ne se trouve malheureusement pas en Californie.
  • Heureusement car il devait s'y rendre immédiatement, mais on lui avait piqué toutes ses clefs, tout son fric, toutes ses bagnoles
  • Il craignait que ça soit pareil pour sa bijouterie à Chambéry, qu'on lui pique tout, voilà pourquoi il devait s'y rendre sans délai. (quand même, un minimum de logique).
  • Sa fille venait de se marier grâce à un pasteur qui a dit une messe. (pour les ignares en religion, un pasteur ne dit jamais de messe).
  • Grenoble est une ville totalement déserte

Il est reparti aussi aussi vite qu'il m'avait abordé, me laissant dans la plus totale perplexité.


Un jeune boulanger en recherche de travail

J'étais assis un dimanche ensoleillé à un abribus à Montreynaud, lorsqu'un jeune s'est mis à me parler... le texte est un peu en vrac et très résumé, il m'en a tellement dit !

Les horaires Stas ne sont pas bon pour les boulangers. J'ai failli me faire virer à cause de ça. Je prenais le tram à 4 heures du matin, mais j'ai une dent contre la Stas.

C'est pratique de prendre le bus ; avec une voiture, l'essence ça coûte beaucoup plus cher, sans parler des accidents.

Je cherche du travail dans une boulangerie de quartier, une boulangerie artisanale. C'est là qu'on apprend le métier. Il y en a encore, heureusement. Ça, et des points chauds, mais il y a trop de points chauds.

Il y a 4-5 ans il y avait un boulanger à bout en bas de Montreynaud qui devenait fou et qui ne pouvait plus payer ses factures alors il a tué sa vendeuse (note : la personne qui lui avait vendu la boulangerie) à qui il devait des arriérés, et il a fait disparaître le corps dans un tonneau d'acide qu'il a jeté dans la forêt. Les policiers l'ont retrouvé parce qu'il restait une petite flaque d'acide dans la boulangerie, qu'il ont fait renifler à des chiens, et ainsi les chiens ont pu retrouver les restes du corps en forêt.

Les journaux ont bien rapporté le crime, de façon un peu différente, mais tout aussi horrible. Voir « J’ai tenté de la faire partir, puis j’ai pris le pied-de-biche et j’ai frappé » et Vingt ans de réclusion pour le boulanger de Saint-Etienne. Bon dimanche...

Chat au milieu de la route

Un chat assis au milieu de la route, dans le quartier de Côte-Chaude, à Saint-Étienne. Une dame :

- Mon chat me donne bien du souci, je dois le nourrir et m'en occuper toute la journée. Regardez-le, assis au milieu de la route, il va se faire renverser, à croire qu'il le fait exprès ! Va-t-en, veux-tu bien t'en aller ! Mais ça me fait de la distraction dans la vie... toute la journée je dois m'occuper de mon mari qui est malade, je ne peux jamais sortir, heureusement il y a mon chat. Et on est quatre copines, avec chacune des chats, on se soutient. Mais le voilà qui se remet au milieu de la route, et j'entends une voiture qui arrive prfft ! Va-t-en ! Va-t-en vite !

La fromagère du marché de la place Chavanelle

Dans le cadre du portrait théâtral Villes# du Collectif X, voir sur cette page le texte (après la balade urbaine) que j'avais construit à partir de ma rencontre avec une fromagère, dans le cadre du protocole interview de ce projet.