[[escalier]]

Escalier

Cette page est surtout consacrée à l'atelier 'On ne pense pas assez aux escaliers' ; donc aux escaliers. Avec quelques modifs de protocoles par rapport à l'original ; actuellement j'essaie d'écrire le texte directement en montant l'escalier, en situation. (mais pourquoi “en montant” ?… sais pas).

Et elle est aussi faite sur l'idée de l'atelier 'Note‎'.

Ce petit escalier se trouve ici.

Marques blanches abimées, un peu effacées… marquage au sol, des pieux, des petites dalles blanches. Passage entre gazon, autre escalier, double escalier… une surface, une très très légère pente… une surface en petite pente… parcourir le plan incliné apaise et je me demande si je prenais l'escalier à coté… propre et dépoussiéré hormis un ergot de capsule de boite de boisson d'un homme de supermarché et une pelure d'orange et quelques touillettes de plastique de machine à café self service et quelques épines de pin… Le sommet du plan incliné qui fait slalom, ne sais si un handicapé pourrait le parcourir alors que c'est fait pour lui, peut-être que les abords un peu étroits rejoignent la route par une signalisation claire par la série marquage au sol, trottoir abaissé et passage clouté… nombreuses zébrures, tâches, raclures, lissées pour maintenir le confort automobile.

Cette montée se trouve ici.

Rue de l'enseigne Roux, oui, montée Vourlat, oui. Un chat. Un torrent s'entend sous cette plaque d'égout par le chant d'une eau claire ? Au bout de la rue en pente derrière, un immeuble de façade verdâtre. Un escalier où même la végétation imite les marches. Déjà des primevères. Au bout de la rue derrière sur la lignée de l'immeuble verdâtre un autre orangé et un autre avec un pan vertical carmin. Vert, orangé, carmin. De l'escalier, un passage vers un jardin et sa maison privée. Jardin à l'abandon, lessivé, des jeux et bricoles en plastique laissées, oubliés, depuis le passage du dernier papillon. Autour des immeubles vert, orangé, carmin, des petites montagnes neigeuses. Des hommes crient, parlent, rient autour d'une voiture dont ils refont la mécanique. Une autre rue anodine. On distingue mal le pied des petites montagnes. Un bâtiment style siège de société (noir mais intelligent), un clocher, mais les immeubles proches bouchent la rue et les trouées sont insuffisantes pour avoir une idée de la ville.

Pour monter et descendre soi-même cet escalier :

Cet escalier se trouve .

Escalier saute au dessus du mur avec des marches vives. Ce n'est pas un mur, ou maintenant des gens descendent - une jeune femme, des enfants rentrent de l'école accompagnés de leurs parents - ou montent et se devinent des bagnoles qui roulent en haut. Une autre voie, horizontale, en haut. Ce n'était pas un mur, juste une grosse marche géante aménagée de petites marches.

Cet escalier se trouve .

À ma connaissance, c'est le plus important escalier de Saint-Étienne. C'est une montée. Au début je pensais le faire en une seule fois, mais finalement je le fais palier par palier sinon j'en serais arrivé à un texte beaucoup trop long, et il m'aurait fallu je ne sais combien de temps.

Vue générale du bas, de la rue Robert.
Vue générale du bas, de la rue Robert.

Les marches.
Vue générale du bas, de la rue Robert.

La rue Robert, du premier palier en bas.
Vue générale du bas, de la rue Robert.

Face à une façade végétale, une falaise, à un surplomb un homme rit penché, rit-il ? on le dirait, cheveux grisonnants puis il se redresse et part en descendant, à coté de moi, je ne le reconnais pas. Puis tout attend. Derrière des moteurs de voitures, des voix d'enfants. La lumière aussi parcourt les esacaliers. La lumière relève encore la falaise, montre les marches et reverdit le feuillage. L'ombre du nuage suivant adoucit le tons et donne un plat. Y aurait-il un escalier dans le ciel qui vibre avec celui-là ? De chaque coté des portes.

<gallery mode="packed"> Fichier:Montée du Crêt-de-Roc, escalier en cercle vue montante droite.jpg|En montant vers la droite Montée du Crêt-de-Roc, panorama du palier haut escalier en cercle.jpg|Le panorama depuis le palier haut Montée du Crêt-de-Roc avec Aurélien.jpg|Séquence People : rencontre avec Aurélien ! </gallery> <blockquote> Chaque marche abrite des petites pousses. Un briquet est abandonné par terre. Sur sa marche un gobelet en plastique à l'envers. Les petits plants se blottissent aux creux. L'escalier tourne et passe au soleil. On entend des enfants qui jouent sur un palier, arrive le solstice. Tout change je ne dis plus rien. Des gens montent, à l'envers de moi, ils sont dans un univers parallèle. Et sur le coté un écoulement s'égoutte dans un amoncellement vert. </blockquote> <p>Autre exploit dans ces escaliers :</p> <html> <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/5zTUhqexbAI" frameborder="0" allow="autoplay; encrypted-media" allowfullscreen></iframe> </html>

Cet escalier se trouve .

<gallery mode="packed"> Fichier:Escalier du parking des Ursulles au cours Victor Hugo du bas.JPG|du bas Fichier:Escalier du parking des Ursulles au cours Victor Hugo du haut.JPG|du haut Fichier:Escalier du parking des Ursulles au cours Victor Hugo marches.JPG|marches </gallery> J'ai déjà réalisé un twit du jour avec cet escalier : Dans l'escalier rouge à #SaintEtienne Grunks Barz...

Pratiquement aucun effort de continuité sur cet exercice, juste une prise de notes : une marche, une prise de notes, je monte une autre marche, une autre prise de notes, et ainsi de suite. Du coup, il y a sans doute autant de lignes que de marches ! <blockquote> Marche escalier haut<br/> Encore<br/> Soleil ferme yeux<br/> Passantes, un enfant, et personne<br/> Bruits et conversations derrière<br/> Un peu de vent<br/> Derrière c'est les voitures qui respirent<br/> Encore des voitures<br/> Tiens quelques notes d'un oiseau chantant devant<br/> Découverte du palier d'étage du parking<br/> Chants d'oiseaux sur bruitage voitures<br/> Passe une femme bleue<br/> Néons se reflètent sur vitre<br/> Passe encore la femme bleue<br/> Me retourne<br/> Contemple<br/> Des vivants<br/> Toujours ces bruits<br/> Palier quelques pas<br/> Marche escalier<br/> Regarde autour - passants, téléphones, passages<br/> Tarifs parkings : 15 minutes 60 centimes<br/> Monte encore<br/> Toujours écouter, même bruits<br/> Chaque voix semble neuve<br/> Tout noyé par bruits automobiles<br/> Il faut accepter<br/> Aller au-delà marche à marche<br/> Bande de jeunes hommes bruyants<br/> Noirs ou polo rouge noir<br/> Vue bouchée vers le haut<br/> Mais de plus en plus d'humains<br/> Ils montent tous, nous montons tous<br/> Oiseau chantant<br/> </blockquote>

Cet escalier se trouve . <gallery mode="packed"> Fichier:Escalier rue Lisle à Salengro face Perthes du bas.JPG|Du bas Fichier:Escalier rue Lisle à Salengro face Perthes texture.JPG|Texture des marches Fichier:Escalier rue Lisle à Salengro face Perthes du haut.JPG|Du haut </gallery> <blockquote> La première marche est mouillée-trempée, la sauter ; les autres sont sèches. Cet escalier est un univers gris. Des flaques occupent quelques-une de ses marches, souvenir de pluie passée. L'eau reflète les choses par transparence pour le sombre et par opacité le clair. Pas de couleurs. Ciel : opaque ; la marche qui est plus haut : transparence, comme si c'était un un vide. Passe un petit groupe de jeunes animés qui descendent. Un palier. Il est bordé de dalles à boutons pour guider les aveugles. À ce palier l'escalier croise un plan incliné qui ondule autour donnant l'accès aux handicapés moteurs. Une petite rigole sous une dalle de métal pour engloutir l'eau qui descend. La végétation aussi monte à l'escalier mais sans emprunter les marches. Un ami passe avec son chien. L'ami transporte un plant de //Renouée du Japon//. Il me dit "C'est une plante invasive je vais voir si ça peut être un matériau". L'escalier arrive à une route et à une bagnole garée. Sarah, 07 97… me dit une étiquette abimée collée il y a longtemps sur un poteau. J'arrive voir le panorama. </blockquote>

  • escalier.txt
  • Dernière modification: 2019/06/10 20:05
  • par rean