La géométrie serait un gag

Mon dernier twit du jour n’entrera sans doute pas dans les annales, pourtant…

… Pourtant, cela fait longtemps que je cherche comment décrire les enchevêtrements d’immeubles communs à toutes les villes, particulièrement Saint-Étienne, bien sûr.

Des jeux de construction ? de cartes ? Je trouvais ça un peu… béta.

Par exemple, cette photo que j’ai faite un jour, elle parle, il me semble, mais que dit-elle ?

100_1149

Ou celle là :

100_9468

Deux images où on se dit Tiens il y aurait quelque chose, qui montrent des paysages très communs à Saint-Étienne, et que j’aurais bien aimé exploiter dans mes fausses nouvelles, mais impossible de trouver… la fausse nouvelle.

Et, en trainant dans les zones d’immeubles, une inspiration… utiliser les mots de la géométrie pour dire le paysage urbain ?

C’est presque bête, car on voit bien des lignes, des rectangles, des cubes, on n’est pas obligé de dire immeuble, rue, carrefour, au fond.

Ce qui ne me plait pas du tout dans cette fausse info des parallèles crènelées, c’est la chute : « en cas de problème« , c’est vraiment ridicule, j’ai honte. Elle m’a permis de prendre conscience de l’idée de la géométrie, quand même, on verra si ça marche.

J’avais déjà trouvé utilisé un langage géométrique, dans un milieu plus consensuel que les zones d’immeubles stéphanoises, dans la belle Bretagne en période de noël :

Celui-là je l’avais trouvé très bon, et j’avais trouvé la combine du ciel vertical pour parler de l’espèce de tole ondulée qui fait mur.

Mais, mince… a-t-on le droit de rire de la géométrie ?

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *