Le coup du petit bonhomme qui cherche une porte

C’est un truc que j’ai inventé il y a un peu plus d’un mois, mais que je n’ai pas eu le temps de développer depuis, et ce jour le faire un peu.

Le principe est simple. Il s’agit de courir de porte en porte dans la rue, et de se présenter devant chacune exactement comme on se présente devant une porte dont on sait qu’elle s’ouvre automatiquement. Évidemment, elle ne s’ouvre pas (en général). Du coup, le petit bonhomme – moi, donc – court vers la prochaine porte.

Je parcours comme ça toute la rue, et tout le quartier.

S’il arrive qu’il n’y a pas de porte au long du trottoir pendant un moment, je me mets à marcher, ça me repose ; je n’ai plus 20 ans.

La poésie de ce truc est, de mon avis, dans la course, le geste à la porte, le recommencement.

Mais des fois la porte s’ouvre juste pile quand j’arrive, ce qui met un peu de piquant à l’affaire. Ou – un peu moins amusant – elle est déjà ouverte.

Bref… voilà qui m’a permis de parcourir quasi tout le quartier Jacquard de Saint-Étienne en 45 minutes.

Une porte s’est ouverte juste pile à mon arrivée : celle de l’école d’architecture soi même ! Évidemment, me direz-vous, c’est vraiment une porte automatique). Et bien NON ! C’est le gardien qui, me voyant arriver, l’a ouverte par télécommande… rappelez vous que nous sommes en vacances scolaire, la situation est complexe. Donc, j’ai tout expliqué au gardien, qui m’a regardé d’un air dubitatif, et m’a prié de ressortir : Ici, c’est une école, m’a-t-il dit.

Stay Tuned.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *