Lumière à boire

Et je passe encore pour le fantaizine à l’amicale Chapelon, au Gran Turismo, et à l’Open Factory.

À l’Open Factory un déluge de lumière m’accueille. L’Open Factory est dans une ancienne salle de la manufacture d’armes, toujours plus ou moins dans la pénombre, et l’on pouvait croire jusqu’à présent que l’éclairage n’avait jamais été changé depuis la fabrication des premières arbalètes.

Et là on serait cru dans les champs élyséens, avec des ampoules éclatantes absolument partout.

On s’est tellement fait chier à bosser dans l’obscurité pendant tant de temps que maintenant on se fait plaisir, me dit un responsable de l’Open Factory avec un sourire jusqu’aux oreilles.

Au moins, c’est plus facile pour les photos… Pas comme au Gran Turismo, où là, la pénombre c’est nettement mieux pour le travail. Ou à l’amicale chapelon, qui privilégie la lumière pour les grandes salles d’activité, et moins dans les couloirs, en tous cas le mien. Dis moi quelle est ta lumière, je te dirais quel est ton travail.

 

Pour le lundi 7 mars.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *