Villes#1 Saint-Étienne Moreno#9

Après les tensions d’hier, toute l’équipe craignait une nouvelle journée difficile.

img_20161108_130022

Il n’en fut rien. Cette journée a été une des plus positive de toute la session.

Nous avons commencé par une grosse réunion pour échanger nos idées et établir notre stratégie face aux risques de violence. Nous avons choisi la réponse « mode forteresse filtrante« .

Dorénavant le soir les portes seront fermées et les gens ne rentreront que pour les ateliers s’ils arrivent à l’heure. À 18h05 on ferme tout. Discipline absolue sur la question de la fermeture des portes. Si quelqu’un veut entrer on vérifie d’abord on ouvre ensuite. Tous ceux qui entrent sont obligés de participer à l’atelier, sinon ils sortent. Si par mégarde un agresseur entre, on arrête tout et l’équipe se mobilise pour le faire sortir. La discussion éventuelle se passe dehors.

Et avec ces règles tout s’est passé comme un charme.

Nous avons pu recevoir tranquillement pas moins de quinze jeunes, essentiellement du collège, avec quelques adultes, qui sont venus pour un sujet de circonstance puisqu’il s’agissait de… La police dans la ville ! Même les personnes exprimant une position de rejet par rapport à la police sont restées pendant les deux heures, participant à tout ; incroyable. Une seule agression, réduite en une leçon de morale en 2 minutes (avec une sortie directe ou plutôt une non-entrée) ; fantastique.

Une bonne fée enchanta notre journée.

Une bonne fée enchanta notre journée.

Nous avons été considérablement aidé, c’est vrai, par un… policier, du CLJ42, miraculeusement présent pour la conférence, fruit de notre travail acharné de proximité. Et oui… les théatreux deviennent amis avec les policiers. Maintenant, on l’est aussi de la plupart des enfants du collège, de toutes les autorités religieuses, même politiques, et ce week-end on aborde les sportifs avec le foot… ça commence à bien aller.

On fait à nouveau le monde…

Alors c’est un enfant et après il avait 12 ans et après il avait un faucon et alors il a apprivoisé un faucon et alors il y avait un roi qui avait pas été capable d’avoir un faucon et alors il était jaloux et alors il a mis en prison l’enfant et alors les parents y se sont inquiétés et alors il y avait des souris et des rats et puis ses parents ils l’ont libéré et alors il a continué à dresser des faucons.

Ça c’est du Moreno 100%.

img_20161108_180758

À demain.